home accés à l’extranet newsletter search
     Destination Ecrins   Nathalie Pogneaux Destination Ecrins Natura 2000  Natura 2000 Destination Ecrins
Découvrir L'Argentière-La-Bessée

Randonnées dans la Vallée du Fournel

Information / Réservation

Tél : 0492230311

La Vallée du Fournel a conservé un patrimoine naturel exceptionnel : il concerne à lui seul le 1/5 de la flore française dont la plus vaste prairie de chardons bleus d'Europe ou Reine des Alpes dans la réserve biologique domaniale des Deslioures.

Au titre de cette richesse et de la diversité des espèces faune et flore, c'est le premier site français à avoir été labellisé "Natura 2000" (programme de l'union européenne). D'une superficie de 8775 ha, le Vallon, préservé jusqu'à aujourd'hui, possède 27 habitats et espèces d'intérêt européen en zones périphérique et centrale du Parc National des Écrins. La vallée du Fournel, à L’Argentière-La Bessée, est célèbre pour ses mines d’argent, mais elle mérite tout autant d’être découverte pour sa faune et sa flore. La vallée abrite en effet deux espèces protégées très particulières. Le papillon Graellsia Isabellae forma galliae a été découvert il y a près de 80 ans par une habitante de L’Argentière, Grazielle Tranchat. Celle-ci a ensuite fait naître des centaines d’ "isabellas” chez elle, allant même jusqu’à envoyer des faire-part de naissance à ses amis. Sa collection, constituée d’espèces du monde entier, est exposée au musée des mines. Mais les descendants de ses papillons volent librement dans le Fournel, où ils viennent d’être photographiés par une équipe de scientifiques de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema 05). Quant aux célèbres chardons bleus ou Reines des Alpes, il font partie intégrante du site Natura 2000, la réserve biologique des Deslioures est le plus grand site européen de cette « reine des Alpes » ( Eryngium alpinum). Près de 900 espèces de fleurs sont d’ailleurs recensées dans la Vallée du Fournel. Autrefois largement utilisés par l'agriculture (polyculture de subsistance) les adrets portent encore aujourd'hui la marque de ces activités : clapiers, murets de soutènement, anciens canaux d'irrigation... Un peu plus haut et en ubac, le pastoralisme et la sylviculture, encore bien présents aujourd'hui, dominent. Plus on monte en altitude, moins la marque de l'homme est prégnante et la place est laissée à l’expression de la nature de haute montagne : mélézins ouverts parsemés de landes à rhododendrons, airelles et camarines (habitat du Tétras-Lyre), sapinières, ou pelouses pastorales d’altitude entrecoupées d'éboulis et falaises. Aussi le site présente un grand intérêt patrimonial de par sa représentativité au niveau des paysages et de la biodiversité des Alpes du Sud : 20 milieux naturels («habitats»), 4 espèces de la faune et 3 de la flore d’intérêt européen ont été inventoriés sur ce site. Alors n'hésitez plus venez la découvrir en été comme en hiver !